10 novembre 2008

Chapitre 4 : Petites éclaircies dans un ciel d’orage ou comment on arrive à croire que la vie peut être intéressante

C’est lorsque l’on renonce définitivement à quelque chose qu’on finit toujours par l’obtenir .

C’est donc en toute logique qu’à mon entrée au lycée , après des déceptions amicales tellement désastreuses qu’elles avaient entraîné deux tentatives de suicide , une plainte pour coups et blessures , 3 ans de thérapie sans aucune avancée et un renvoie temporaire du collège pour avoir cassé le nez d’un de camarade de classe , que je devais rencontrer les gens qui en plus d’être mes amis , deviendraient ma seconde famille.

  Je ne m’étalerai pas sur ces personnes , je dirai juste qu’elles m’ont supporté , qu’elles me supportent encore , qu’après un tant de jaugeage commun , elles ont fini par réussir à ouvrir la carapace que je m’étais forgé , ou plutôt l’ont explosée à coup de masse et ont fini par faire ressortir la personne que j’étais et qui étais caché si profondément qu’à sa sortie ses yeux furent ébloui par la lumière et qu’elle due s’adapter à sa nouvelle liberté . Ces personnes je n’ai rien d’autre à leur dire que merci , merci d’avoir été la et d’avoir tenté de me sauver , de me faire voir leur vision de la vie et de l’humanité , même si j’ai été trop lâche pour le voir et faire l’effort de venir vers eux .

  A 18 ans , sans grande ambition sexuelle , ne sachant toujours pas ce que l’on ressent lorsque l’on aime quelqu’un , je décidé de ne plus chercher de partenaires sexuelles . Je dis partenaires sexuelles car c’est tout ce que je cherchai à l’époque , une relation stable n’étant pas envisageable dans l’étroitesse de ma pensée et de plus , ce que cherche un jeune de 18 ans pubère , boutonneux et obsédé , lorsqu’il entame une relation ce n’est que le sexe et rien d’autre .

  Cette décision mûrement réfléchi avait été acceptée par les différentes parties de mon être après de longs débats . Mon sexe avait défendu son point de vue , expliquant qu’il ne se voyait pas passer sa vie marié à ma main gauche , et qu’il été né explorateur et qu’il fallait donc qu’il découvre des territoires encore inconnus , qui était connus sous le nom de vagin , bouche , seins ou encore anus ( bien que plus rare , ce territoire intéressait fortement le sexe , si bien que les autres pensaient qu’il avait une part d’homosexualité en lui… ).

Mon cerveau répondit que de trop penser au sexe , le pénis bloquait ses récepteurs à d’autres sujets importants tels que la littérature , la musique ou la politique . Le cinéma n’étant pas inclus dans son discours car il existait le cinéma pornographique , dont le sexe était très friand.

Mon cœur fermait sa gueule , trop occupé à recoller les morceaux  de son être , tellement explosé qu’il en devenait le plus dur des puzzles , et de plus tout le monde dans le corps se foutait de l’avis du cœur , trop sentimental et romantique pour que son avis puisse être jugé crédible.

C’est donc par l’intervention de mon âme que le débat fut clos. Le discours de celle ci fut bref et se traduit par cette phrase «  En plus d’être bête , notre hot est obèse et très moche , je vous demande alors qui pourrait bien vouloir de lui ?? »

Ainsi vu prise la décision que ma vie amoureuse et sentimentale devrait s’éteindre avant même de s’être allumée .

Il est vrai qu’au XXIème siècle ,pour la population féminine autant que pour les hommes , la beauté et la minceur étaient deux facteurs plus que déterminant.

On pouvait encore s’en sortir si on avait que l’un des deux défauts , mais si la loterie de la vie vous offrait les deux , alors vous étiez plus que foutu .

Malheureusement les êtes comme moi étaient programmés pour n’être que les bons amis , les confidents ou les mecs qu’on manipule . Ainsi la phase que j’entendis le plus lors de ma phase de rébellion contre mon corps fut «  je préfère qu’on reste amis » , phrase honteuse et sans âme que l’on vous sort pour vous indiqué que bien que vous soyez intéressant et gentil et que vos qualités font de vous quelqu’un d’exceptionnel dont on aime la compagnie , il est bien entendu hors de question de mettre en jeux sa réputation en s’affichant amoureusement avec quelqu’un comme vous .

  Etre gros et moche , ça signifiait être amoureusement invisible , faire partie des meubles , au final n’être rien.

  La seule exception c’était d’être riche , mais là encore , je n’avais pas les bonnes cartes . Je n’étais même pas pauvre , ce qui aurait pu être un facteur de pitié intéressant ,j’étais juste dans la moyenne. Ni trop riche , ni trop pauvre , ni trop beau , ni trop moche , ni obèse , ni mince , j’étais catalogué dans la moyenne , et même les filles dans la moyenne ne s’intéressaient pas à moi , car il faut savoir qu’une fille moyenne peut se taper un canon à partir du moment ou elle baise et ou elle accepte d’être cataloguée dans la catégorie des salopes.

  J’étais un homme moyen la était mon drame.

Et puis vint Isabelle… On parle toujours du coup de foudre sans pouvoir expliquer en quoi il consiste, moi je peux vous le définir clairement , et vous dire exactement ce que j’ai ressenti en la voyant pour la première fois : je me suis senti minable. C’est ça le coup de foutre se sentir tellement minable face à la beauté incarné , comme si un ange était face à vous et vous faisait prendre conscience de votre simple condition d’être humain .

  J’ai rencontré Isabelle à la fête post-BAC de mon meilleur ami Thomas, soit quelques mois après ma décision « définitive ».

Quand je parle de Thomas , je dis toujours qu’on s’est bien trouvé . Thomas est mon meilleur ami et tellement plus en fait .
Il est celui qui accepte mes faiblesses pour en faire des forces . Thomas est la face opposée de l’aimant que je suis .
La ou il est beau , sympathique , sportif et intelligent , je suis moche , antisocial , gros et solitaire . Effectivement , on peut dire qu’on s’est bien trouvé.

  J’ai vu Isabelle en sortant des toilettes et juste avant de tomber dans les pommes , je l’ai vu comme une apparition irréelle et j’ai longtemps cru qu’elle l’était.

En l’espace de quelques secondes , Isabelle était devenue l’obsession de ma vie .

Mon cœur était devenu roi , se réveillant enfin et balayant toutes les certitudes et décisions des autres. Isabelle venait de planter son drapeau sur le royaume de mon cœur ,signe non ostentatoire de sa toute puissance.

Isabelle , à ce moment tu as pris possession de mon cœur , de mon être et de ma vie , je les déposes à tes pieds comme des offrandes dérisoires pour te prouver mon amour.
Voilà ce que j’aurai du dire , au lieu de ça j’ai vomi sur ces chaussures et me suis écroulé .

Il faut savoir qu’à cette époque , j’étais ce qu’on appelle un alcoolique fini , je buvais plus que de raison et ma réputation faisait que tout le monde savait qu’à chaque soirée ou je serai , je finirai soit en larmes , pleurant sur mon pauvre sort sans intérêt , soit la gueule dans la cuvette vomissant mes tripes en même temps que l’alcool que je m’étais ingurgité. Il fut un temps ou j’étais comme ça…

  Quand je me suis réveillé ,le jour était déjà debout depuis longtemps , et j’avais la plus terrible des gueules de bois , me promettant comme d’habitude de ne plus jamais toucher à l’alcool.

J’ai cru un moment que je rêvais , Isabelle était assise la dans l’angle exact par lequel la lumière entrait dans la pièce ce qui créait autour d’elle un halo de lumière , prouvant s’il il fallait encore le prouver qu’Isabelle était un ange.

A ce moment , elle se leva et disparue par la porte , prouvant ainsi qu’elle n’avait pas oublié les événements de la nuit précédente .

Pourtant , quelques secondes plus tard , elle revint vers moi avec une bouteille d’eau et un tube d’aspirine , montrant ainsi que mon état pitoyable était visible autant sur mes habits couverts de vomi que sur ma gueule de déterré .

Les premières paroles qu’elle m’adressa furent «  tu me dois une paire de chaussure » , sa voix était douce et mélodieuse ,aussi belle qu’elle pouvait l’être dans mes rêves les plus fous et aussi inespérée qu’un rayon de soleil dans le ciel du Pas de Calais .

Encore sous l’effet de l’alcool je lui répondis «  je te dois avant tout des excuses , et pour le reste je t’offrirai tout ce que tu veux car je t’aime et que tes yeux m’ont transpercé , que ta voix bercera ma vie à tout jamais et que ton visage sera gravé en moi pour l’éternité . Tu as pris possession de mon cœur et je serais tien à tout jamais. »

Elle sourit d’un coup , je m’attentais à une raillerie et ce que j’entendis me fit croire que je rêvais encore car elle me dit :  «  Je crois que c’est la plus belle chose qu’on ne m’ait jamais dite, je t’embrasserai bien sur le champ mais tu transpires l’alcool et tu pues le vomi . J’attendrai donc que tu te laves »

Ainsi débuta ma relation avec Isabelle .

Posté par Mr_Blue_Sky à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Chapitre 4 : Petites éclaircies dans un ciel d’orage ou comment on arrive à croire que la vie peut être intéressante

Nouveau commentaire