04 novembre 2008

Chapitre 3 : le misogyne féministe

Ma carapace agissait sur moi comme un miroir déformant , faisant ressortir de moi l’inverse de ce que j’étais réellement.

C’est ainsi qu’en plus de devenir un amoureux de l’espèce humaine ( ironie du sort , on aime toujours ceux qui ne nous aimeront jamais ) je devenais misogyne et machiste .

Or il n’y a sur terre aucun homme plus féministe que moi , à croire qu’au départ j’étais né avec les deux sexes et qu’on a décidé de recoudre mon vagin et de me dire «  tu seras un homme mon fils ! ».

Qu’on se le dise , la femme a gagné la guerre des sexes depuis bien longtemps et l’homme , au sens masculin du terme , est tellement stupide qu’il ne s’en rend pas compte.

La plus grande force de la femme est de laissé faire croire à l’homme qu’il est le numéro un et qu’il détient les clés du pouvoir .

Je serai toujours admiratif de la fourberie et de l’intelligence dont les femmes font preuve.

L’homme au contraire de la femme , utilise pour penser à 90% son entre-jambe ( comprenait l’homme pense avec sa queue et ses couilles , et il pense surtout à comment en faire une bonne utilisation ), il est donc bien plus facilement manipulable.

Quand on dit que  derrière chaque homme de pouvoir il y a une femme ,ce n’est pas une parole en l’air mais simplement une vérité générale :  il suffit de voir Carla Bruni derrière Nicolas S , Sarkozy , par ailleurs si on le mettait lui derrière sa femme , on ne pourrait pas le voir …

C’est donc ainsi que se développait en moi la plus grande admiration et le plus grand respect de la femme .

Ce sentiment grandissant impliquait dans mes paroles et mes actes une misogynie et un machisme de plus en plus prononcés. Non pas que mes actes soient calculés ou me fassent plaisir , mais me défouler sur les femmes et les mépriser étaient la seule réaction qu’il me restait , puisque celle ci me désarmaient complètement , me mettait littéralement à nue et pouvaient lire en moi comme dans un livre ouvert , ce qui était plutôt gênant pour quelqu’un qui ne voulait pas qu’on voit ce qu’il pense , afin de ne pas avoir à en pâtir .

Cette bipolarité atteignait son paroxysme lorsque je tentais de dire à une fille que je l’aimai ( ce que j’ai réussi à faire depuis non sans mal ) et que pour cela je l’humiliai publiquement et la faisait pleurer , ce qui m’est encore arrivé ensuite mais par pure réflexe de méchanceté afin d’éviter le « retour de bâton ».

Etant sous développé émotionnellement , je passais donc toute ma scolarité lycéenne seul dans mon coin observant au loin les « je » qui deviennent « nous » et inversement , et je préférais fermer ma gueule plutôt que de me prendre une baffe que ce soit au sens propre ou au figuré.

Posté par Mr_Blue_Sky à 19:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Chapitre 3 : le misogyne féministe

    Bon je veux la suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite ^^

    Posté par Dgé, 08 novembre 2008 à 22:41 | | Répondre
Nouveau commentaire