02 novembre 2008

Chapitre I : Quand le mur des rèves s'effrite

« C’est peur être pour s’amuser

qu’il t’a libéré . Il te suit , il t’observe.

il joue avec toi et il se moque de toi ,

comme d’une souris qui perd la tête

à vouloir se venger du chat . »

                                                                                                                                                                        OldBoy

  Je suis né en 1987 , comme des milliers d'autres personnes. Je n'ai aucun souvenir de ma petite enfance , mis à part ce qu'on a à me raconter . Tout ce qu'il m'en reste c'est un personnage de Mickey en cowboy , relique d'une époque où l'innocence était encore de mise.

J'ai brulé toutes les photos de moi , je hais mon image au point de ne plus sortir de chez moi . En regardant ces photographies , j'ai remarqué que j'ai perdu le sourire sur mes lèvres et la lueur dans mes yeux vers l'âge de 7 ou 8 ans . C'est ainsi à cet age que se brisent mes rèves et s'éteind mon innocence . On m'a dit que jeune j'étais un enfant très sage , que je ne pleurai jamais étant bébé et que je ne faisais rien , peut-être déja enfant j'avais compris que la lutte serait inutile , que les plans du destin pour moi étaient déja tracé et que tout ce qu'il me reste à faire c'était de subir ça , et d'essayé d'en souffrir le moins possible , vivre dans le calme et la tranquilité c'était peut etre ça mon esperéance de vie.

Revenons à ma vie avant mes 8 ans .J'ai toujours eu beaucoup de rèves . Vivre dans les nuages était mon but ultime comme Dieu le créateur ( d'ailleurs à cette heure ci je doit être près de lui , à moins que le destin se soit encore joué de moi , je n'en sais rien ... ) , vivre au dessus de tous , et pouvoir ressentir cette sensation de liberté totale , être libre comme l'air , n'être qu'une molécule parmis tant d'autre . Au final , vivre tout simplement .

Je n'ai jamais cru en Dieu , et lui a décidé de me le faire payer , comme quoi au final Dieu peut être la bonté et l'amour , mais il peut aussi être la haine et la violence , vous broyer entre ses mains et laisser les miettes s'éparpiller et disparaitre , les regarder s'envoler dans le vent comme le sable ...

Lorsque j'ai appris que vivre dans les nuages était impossible , je n'ai pas baissé les bras . Si je ne pouvais être un nuage ou une molécule d'air , alors je serai un oiseau , et si je ne pouvais être un oiseau alors je piloterai un gros avion en métal , en gros à l'époque je rêvais de devenir commandant de bord . Pilote d'avion était la réponse ultime à tous mes rèves d'enfant . Etre de libre de visiter le monde , le parcourir , le survoler et en être une partie , l'aimer comme on aime un humain et communier avec lui de la plus belle des façons , partager sa vision et le vivre ...

Malheuresement la vengeance du seigneur est implacable et il brisa mes rèves aussi facilement qu'un enfant écrase une fourmi ou un vers de terre , par pur plaisir de cruauté et comme le dirait un enfant pour s'excuser d'une bétise " je voulais juste voir ce que ça fait".

Mais comment a t'il fait me direz vous ? C'est bien simple , il s'est attaqué à ce qu'il y a de plus important pour un pilote , et pour toute personne d'ailleurs : il s'est attaqué à mes yeux . Strabisme , astigamtisme et myopie , il n'a pas fait les choses à moitié et porter des lunettes en plus d'être une souffrance dans ma jeunesse , la cruauté des enfants à ce sujet n'est plus à démontrer , à ruiner mes rèves aussi facilement qu'on souffle sur un chateau de carte.

C'est ainsi qu'à ma rentrée à la "grande école" aussi appelée école primaire , Dieu , qui s'était pour l'occassion incarné dans le corps de mon professeur de français et de ma mère ( Dieu est en chacun de nous , nous le savons tous...) m'appris la nouvelle et mis fin à la première partie de sa vengeance divine d'une simple phrase " Mais enfin XXX( je ne dirai pas mon nom ) , tu portes des lunettes , jamais tu ne pourras devenir pilote d'avion". Un immense frisson me parcourut et je fondis en larmes sans raison.

On dit que l'innoncence brille dans les yeux des enfants , ce qu'on ne dit pas c'est qu'elle s'enfuit aussi par les yeux , à  travers les larmes . Passer à l'age adulte , c'est passer du rève aux désillusion , ainsi à 8 ans je devenais ce qu'on peut appeler un adulte précosse .

Posté par Mr_Blue_Sky à 20:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Chapitre I : Quand le mur des rèves s'effrite

    Juste envie de dire que tu écris très bien ...
    J'aime bcp et me retrouve un peu dans ce que tu dis... cela dépend des articles x)

    [titelova.skyrock.com]

    Posté par titelova, 02 novembre 2008 à 21:41 | | Répondre
  • je t'ai déja dit ce que j'en pensais... (très métaphysique lol)
    j'adore ce cynisme (surtout à l'écrit)
    mais je ne suis peut être pas objective connaissant le personnage

    Posté par camille, 03 novembre 2008 à 22:06 | | Répondre
  • c'est un personnage de fiction je le répète ...

    Posté par Monster, 04 novembre 2008 à 10:19 | | Répondre
Nouveau commentaire